samedi 29 décembre 2007

Bilan

Christoph Blocher tire sa révérence et dresse un bilan tout en autosatisfaction de ses quatre ans au Conseil fédéral. Lire à ce propos:

L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:VFklccsMIsmZ7M:http://www.ttc-wb1952.de/winner.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Nouvelles lois sur l'asile: conséquences

L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:k1-KdJpZsyUxVM:http://www.education.gouv.fr/personnel/administratif_technique/formation/livret_de_prevention/Image41.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

S'il y a un domaine où Christoph Blocher aura laissé une empreinte, c'est celui de la politique migratoire de la Suisse. Lire à ce sujet l'interview de Pierre Imhof, directeur de la FAREAS, parue dans le Temps, interview dans laquelle il explique les conséquences de l'entrée en vigueur des nouvelles lois sur l'asile.

Nouveau tour de vis pour les requérants d'asile

Dès le 1er janvier, une série de mesures concernant l'asile et les étrangers vont entrer en vigueur en Suisse. Un article de Caroline Zuercher dans la Tribune de Genève.


Durcissement, deuxième acte. En septembre 2006, le peuple acceptait de transformer les lois sur l'asile et sur les étrangers. Depuis, plusieurs nouveautés sont entrées en vigueur, comme le renforcement des mesures de contrainte, qui permettent d'emprisonner une personne refusant de quitter la Suisse. Le reste suivra le 1er janvier.

Exclusion de l'aide sociale étendue
Dès mardi prochain, l'exclusion de l'aide sociale sera ainsi étendue à tous les requérants dont la demande est rejetée et qui doivent quitter la Suisse. Ces personnes ne toucheront plus qu'une aide d'urgence. Une situation inconfortable qui doit les encourager à partir rapidement. Ce soutien sera dispensé par les cantons, qui recevront une somme unique de 6000 francs par personne déboutée après le 1er janvier. «En fait, nous pouvons compter avec 4200 francs, précise le Genevois Jean-Luc Galetto, de l'Hospice général. Le reste est mis dans un pot commun et seules les régions qui travaillent bien auront droit à l'entier du montant.» Comprenez: les cantons qui renvoient régulièrement les requérants déboutés. Jean-Luc Galetto juge ces forfaits insuffisants: «On estime que l'aide d'urgence, pour un an, coûte environ 15 000 francs. Et on sait aussi que les personnes concernées ne vont pas partir immédiatement.»
Depuis plusieurs années, les demandes d'asile diminuent. Jusqu'au 30 novembre, la Suisse en a enregistré 9638, selon l'Office fédéral des migrations (ODM). En 2002, ce chiffre était encore de 26 678. Désormais, l'objectif des autorités est de traiter les dossiers le plus rapidement possible.
C'est dans cette logique que s'inscrit le principe de l'Etat tiers. Dès le 1er janvier, les autorités n'entreront plus en matière sur une demande déposée par un requérant qui a déjà séjourné dans un autre pays considéré comme sûr (les Etats de l'Union européenne et de l'AELE). «Au niveau de la procédure, c'est la nouveauté la plus importante, souligne Jonas Montani, porte-parole de l'ODM. Nous ne savons pas combien de personnes seront concernées, mais cela va faciliter notre travail.»
Les procédures d'asile seront aussi centralisées par l'ODM, dans ses locaux à Berne, dans les centres d'enregistrement ou aux aéroports. Dans ce dernier cas, la procédure pourra durer jusqu'à soixante jours, contre vingt-cinq aujourd'hui. «L'ODM essaie de liquider au maximum les affaires», redoute Yann Golay, porte-parole de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR). Son organisme s'inquiète notamment de savoir si les requérants seront correctement informés des possibilités de recours.

Voilà pour le bâton. Il y a aussi la carotte. Dès le 1er janvier, 6000 francs seront prévus pour les réfugiés acceptés en Suisse ou les personnes admises provisoirement. Aux cantons, ensuite, de gérer ces sommes. «A Genève, cet argent n'ira pas aux institutions, mais permettra de financer des cours», précise Jean-Luc Galetto. Outre-Versoix, la Fondation vaudoise pour l'accueil des requérants d'asile (Fareas, qui va se transformer en Etablissement vaudois d'accueil des migrants) proposera par exemple des bilans de compétences ou encore un soutien à la recherche d'un emploi. Autre coup de pouce: trois ans après avoir reçu une admission provisoire, une personne aura droit au regroupement familial.


lundi 24 décembre 2007

Privatiser pour économiser



Message supprimé à la demande de son auteur

"anonyme" (connu de la rédaction), dans le courrier des lecteurs du 24 Heures

La lumière au bout du tunnel

• Sans-papiers, il servait le champagne aux conseillers fédéraux et aux notables lémaniques sans que personne ne se doute de rien.
• Dix ans durant, la peur d'être démasqué n'a pas empêché Ibraim Zili et sa famille de s'intégrer en Suisse.
• Berne a fini par reconnaître la détresse d'un immigré au parcours étonnant. La présidente Micheline Calmy-Rey se déclare touchée.


Ibraim Zili sert Micheline Calmy-Rey.
La présidente de la Confédération est
entourée de sa mère et de ses soeurs
lors du cocktail dînatoire donné en
son honneur à Genève, il y a une année.
Photo: Eddy Mottaz


samedi 22 décembre 2007

La norme pénale antiracisme ne sera pas révisée

Dans le cadre de la dernière séance au gouvernement de Christoph Blocher, le Conseil fédéral a refusé la proposition de révision de la norme pénale antiracisme soutenue par le ministre de la justice non-réélu.

Lire cet article paru sur swissinfo

jeudi 20 décembre 2007

Pas de naturalisation dans les urnes

Lire le dossier de Swissinfo

Les naturalisations par les assemblées communales restent autorisées par le Parlement.

Légende photo: Les naturalisations par les assemblées communales restent autorisées par le Parlement. (Keystone)

Sur le même sujet

Les naturalisations par vote populaire devraient être abolies en Suisse. Désormais, seules les assemblées communales devraient être compétentes dans ce domaine.

Après la Chambre haute, la Chambre basse du Parlement a supprimé mercredi cette option de la nouvelle Loi sur la nationalité.

Qu'est-ce que c'est? Qu'est-ce que c'est?

D'abord d'avis de maintenir, avec des garde-fous, la possibilité pour les cantons et les communes qui le souhaitent d'octroyer le passeport suisse par votation populaire, la Chambre haute a fini mercredi par se rallier tacitement à la Chambre basse, qui juge cette procédure arbitraire.

Il faut une politique d'intégration


Etienne Piguet, professeur de géographie humaine à l'Université de Neuchâtel, plaide pour des visions novatrices en matière d'immigration et d'intégration.


Lire l'article dans Le Temps


Proposer une vision pour la politique d'immigration et d'intégration suisse des années à venir laisse peu de liberté à l'imagination et à l'utopie. Largement acceptés par le peuple, la nouvelle loi sur les étrangers et les accords bilatéraux de libre circulation avec l'UE vont en effet marquer pour longtemps les rapports entre la Suisse et les migrants.

La nationalité dans les listes criminelles

La violence des jeunes a largement occulté les autres préoccupations, lors du débat-fleuve au National sur l'enfance et la jeunesse. Malgré l'opposition de la gauche, les députés ont demandé l'inscription de la nationalité dans la statistique criminelle. Un article paru dans le Journal du Jura.

Un ordinateur et un permis de conduire

Cette mesure devrait toucher tant les mineurs que les adultes. La nouvelle statistique policière de la criminalité sera actualisée en 2009. Le statut de séjour des étrangers y sera enregistré, rappelle le Conseil fédéral, qui soutenait la motion. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.
La droite dure a en revanche échoué dans sa tentative d'établir une distinction entre les Suisses récemment naturalisés et les autres. Walter Wobmann (UDC/SO) a désigné les coupables, à son avis, de l'augmentation de la violence: les jeunes d'origine balkanique. Un amalgame dénoncé par la gauche. "Les jeunes qui ont sprayé le mur de la maison d'Eveline Widmer-Schlumpf ne sont sûrement pas des Kosovars", a rétorqué Ada Marra (PS/VD).
La discrimination n'est pas une solution, ont estimé les députés. Après le Conseil des Etats, le National a ainsi chargé, par 100 voix contre 82, le gouvernement de prendre des mesures pour une meilleure intégration des migrants.
"Plutôt que d'aborder la jeunesse comme un problème, attaquons-nous aux problèmes de la jeunesse", a plaidé Adèle Thorens (Verts/VD), répliquant au tableau apocalyptique brossé par la droite dure.
La gauche et le PDC ont ainsi demandé au Conseil fédéral de s'atteler à une loi sur l'enfance et la jeunesse. La Chambre des cantons devra se prononcer.
Le débat a été l'occasion, pour Pascal Couchepin, de tresser des couronnes de lauriers aux parents et aux enseignants. Tout radical et laïc qu'il est, le ministre s'est aussi fendu d'une confession: ses bêtises de jeunesse auraient pu lui valoir aujourd'hui "au minimum" des mesures éducatives. On peut se poser la question de savoir si nos société ne sont pas devenues plus répressives, a-t-il ajouté.

La question du jour

L'image “http://www.24heures.ch/var/plain/storage/images/9294730-1/92947301_resize_crop320par220.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Beaucoup en doutent ou ne le souhaitent pas, mais une faible majorité espère que la nouvelle conseillère fédérale manifestera davantage d’humanité que son prédécesseur. (24 Heures)

France: des résistances à la «chasse aux étrangers»

Dans divers services de l’Etat français, des employés refusent de se voir transformés en «auxiliaires de police». On leur demandait de repérer et de dénoncer des étrangers en situation irrégulière. Une association a été créée.


Brice Hortefeux
ministre de l’Immigration de Nicolas Sarkozy (AFP)

«Nous refusons de collaborer à la chasse à l’étranger qui s’est instaurée dans ce pays.» N’ac­ceptant pas de se voir transfor­més en «auxiliaires de police» en devant dénoncer des person­nes en situation irrégulière, des salariés des services publics français viennent de s’organiser au sein du REFI (Réseau em­ploi formation insertion), afin de «résister collectivement».

L'image “http://www.educationsansfrontieres.org/IMG/jpg/laissez-les-grandir-ici-90.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Le mouvement est né à Lyon le mois dernier. Le déclic? Un employé de l’ANPE (Agence na­tionale pour l’emploi) s’aperçoit qu’un rendez-vous a été pris avec un demandeur d’emploi dont il s’occupe. A son insu. Sa hiérarchie explique alors au fonctionnaire que l’homme est un étranger en situation irrégu­lière, et que son rôle est de le signaler à des policiers qui pourront ainsi l’appréhender, rapporte un article du quoti­dien Libération.
Priés de dénoncer
«Heureusement, ce jour-là, la personne n’est pas venue», af­firme le document annonçant la fondation du REFI. «Notre mis­sion c’est l’emploi, la formation, l’insertion, ce n’est pas le con­trôle des papiers des étrangers, et encore moins la délation», lit-on sur le texte rédigé par des fonctionnaires de plusieurs ser­vices de l’Etat. Car l’ANPE n’est pas le seul secteur de l’adminis­tration où les employés sont désormais priés de repérer des sans-papiers et de les dénoncer.
Fidèle à une des promesses de campagne de Nicolas Sarkozy, son ministre de l’Im­migration Brice Hortefeux s’est en effet fixé «l’objectif» de 25 000 expulsions avant la fin de l’année. Dans ce but, il a rédigé plusieurs circulaires exi­geant un contrôle accru des documents des étrangers dans divers services de l’Etat. Pei­nant à atteindre les quotas fixés, le ministre a même con­voqué une vingtaine de préfets en septembre pour les répri­mander, et leur demander d’ac­croître leurs efforts.
Des remontrances qui ont fait leur effet sur les magistrats. En tout cas sur certains. Début octobre, la Préfecture de Hau­te- Garonne (Toulouse) a in­formé qu’elle formait des «groupes de référents». Soit des fonctionnaires chargés de «croiser» les informations des différentes administrations afin de repérer des étrangers en situation irrégulière et les dé­noncer à la police des airs et des frontières.
A la fin novembre, la France avait procédé à 21 000 «éloi­gnements », selon l’expression utilisée par Brice Hortefeux pour parler d’expulsions du ter­ritoire.

Un article de Gustavo Kuhn dans 24 Heures

Des réfugiés occupent la cathédrale à Zurich

Quelque 120 réfugiés et sympathisants occupent la cathédrale de Zurich, le "Grossmünster", depuis le début de l'après-midi. Ils protestent contre la nouvelle loi sur l'asile qui entre en vigueur en janvier prochain.

L'image “http://www.sosf.ch/cms/upload/bilder/bleiberecht_logo.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

"Nous n'avons pas d'autre choix pour attirer l'attention sur les conditions de vie de plus en plus inhumaines des réfugiés et des sans-papiers", a indiqué l'organisation "Droit de séjour pour tous" ("Bleiberecht für alle"). Le mouvement appelle les Eglises nationales à s'engager davantage pour ces personnes que la nouvelle loi sur l'asile "marginalise et criminalise".
La durée de l'occupation n'est pas encore définie, a précisé à l'ATS un porte-parole de l'organisation. Il a ajouté: "Nous resterons sûrement quelques jours". L'action n'a pas été discutée au préalable avec les responsables de l'Eglise. Des négociations ont été entamées après-coup.
La police municipale de Zurich observe la situation, a indiqué une porte-parole. Elle ne voit actuellement pas de raison d'intervenir. Les manifestants n'empêchent pas les autres visiteurs de pénétrer dans la cathédrale.

Dépêche de l'ATS


L'idée qui fait scandale

L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:rOzdRJU4w7QmJM:http://cyriaquenoffirg.unblog.fr/files/2007/09/segregation.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

24 Heures le révélait hier: les radicaux ont déposé une motion visant à vider la gare de Vallorbe des requérants qui s'y trouvent, histoire de sauvegarder l'image de la ville. Le Matin revient aujourd'hui sur le sujet.

mercredi 19 décembre 2007

L'exil à 15 ans

Ne manquez pas Temps Présent ce jeudi sur la TSR

Ce sont des ados, pour certains encore des enfants. Mais à l'âge où nos enfants vont encore à l'école, eux sont confrontés à la pire des situations : l'exil. Seuls et sans famille. En prenant des risques insensés au cours de leur voyage clandestin, qui parfois, les mène jusqu'en Suisse. En tentant ensuite de se refaire une vie décente dans le pays d'accueil, un rêve d'Eldorado qui souvent, se transforme en enfer. Temps Présent révèle un phénomène encore peu connu et massif: l'exil des mineurs sur les routes d'Europe. Rêvant d'une vie meilleure, des ados prennent des risques insensés pour trouver une nouvelle terre d'accueil. Mais l'Eldorado n'est pas souvent au bout du voyage.

Les requérants grands perdants

Dimanche, l'émission Mise au Point de la TSR consacrait une séquence à l'accueil des requérants dans le canton de Fribourg, accueil qui va passer dès 2008 de la Croix-Rouge à une société privée, l'ORS. Sur le même sujet, cet article de Manuel Lanquier Hiol, paru dans la revue Vivre Ensemble de décembre.

L'image “http://www.asile.ch/vivre-ensemble/bitmap/Ve_logo_80x64.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Une page importante va se tourner le 1er janvier dans l’histoire de la Croix-Rouge fribourgeoise. En juillet dernier, le canton a décidé de confier le mandat de l’accueil et de l’encadrement des requérants d’asile, jadis dédié à la Croix-Rouge, à une entreprise privée basée à Zürich, ORS SA. Une entreprise que nos lecteurs connaissent bien, puisque nous en avons déjà parlé, lorsque celle-ci a été choisie pour remplacer Caritas dans le canton de Soleure (voir VE no 112, avril 07, p. 14).

La division Requérants d’asile représentait une partie des activités de la Croix-Rouge fribourgeoise depuis sa création au début des années huitante. Une mission traditionnelle pour cette association cantonale, dont l’un des sept principes fondamentaux est l’humanité. Tournant le dos à ces principes, les autorités cantonales ont décidé de retirer le mandat de l’asile à la Croix-Rouge, au profit d’une entreprise dont la seule réputation est de faire des économies à tour de bras au grand dam de la condition humaine. De fait, dans les cantons alémaniques où des mandats similaires ont déjà été confiés à cette entreprise, des langues se sont déjà déliées pour dénoncer ses méthodes de prise en charge, qui laissent peu de place au travail social.

A la recherche du profit
Une entreprise investie d’une mission sociale qui se soucie plutôt de son chiffre d’affaires ? Le concept laisse pantois de nombreux observateurs. Le directeur de la Croix-Rouge fribourgeoise, Charles Dewarrat l’a d’ailleurs dénoncé à demi-mot: «Il est vrai que l’asile et la migration représentent de nos jours une tâche publique importante et sont devenus un enjeu politique et économique (...) Nous respectons le travail et l’évaluation des experts ainsi que le choix de l’autorité cantonale, mais nous constatons entre autres que la masse salariale a fortement pesé sur le balance» fulminait-il avant de poursuivre: «Dans notre offre, nous avons pourtant évalué au juste les besoins en ressources humaines. Ceux-ci reposent sur la réalité des tâches à accomplir, selon notre conception de l’accueil des personnes exilées.». Ce point de vue est partagé par Béatrice Ackermann-Clerc, actrice, puis observatrice avertie du travail social dans son canton depuis une trentaine d’années. «La mise en concurrence du travail social est une dérive inquiétante» commente-t-elle.

Une concurrence déloyale
Beatrice Ackermann-Clerc, regrette qu’il existe désormais un grand flou dans la mission du travail social d’une manière générale. Elle ne manque pas d’arguments pour valider ses peurs. «Quels seront à l’avenir les critères d’une institution s’occupant de personnes en difficulté ? Quels seront les critères de qualité de la prise en charge ? Il n’y a pas de morale dans la concurrence. Un foyer d’accueil n’est pas une entreprise comme une autre», souligne-t-elle, avant de conclure: «L’Etat doit impérativement réguler l’action sociale avec des critères sociaux aussi et pas seulement des coûts concurrentiels.»

Attendue au tournant
De nombreuses personnes s’intéressent à cette nouvelle braderie de l’accueil des requérants d’asile dans le canton de Fribourg, mais la plupart préfèrent se taire pour l’instant, prêtes à réagir au moindre signe de dérive de la société ORS dans sa nouvelle mission. Dans l’immédiat, l'attention de la Croix-Rouge fribourgeoise porte sur l'application d'un plan social pour les quelques cinquante collaborateurs qui travaillaient jusqu’ici à la division asile de son institution.

Les étrangers ne pourront plus être arrêtés au SPOP

Un périmètre de sécurité autour de la gare?

Une motion déposée par le groupe radical à la séance du Conseil communal de lundi propose d'interdire l'accès à la gare et à ses environs aux requérants d'asile résidant au Centre d'enregistrement et de procédure (CEP). Un article de Rébecca Reymond dans 24 Heures.


A la gare de Vallorbe, «des parents sont
obligés d'accompagner leurs enfants
jusque sur le quai de la gare»,
selon la motion.
Sabine Papilloud.

Vallorbe a mal à son image. La zone de la gare, mal fréquentée et régulièrement encombrée de déchets, est devenue une pierre d'achoppement pour la Municipalité. «Ça nous bouffe notre temps, notre foie et notre village», déplorait la municipale Nicole Lorenzini, lundi lors du Conseil communal. «J'aime mon village et j'aime mon prochain, mais j'ai du mal à accepter que les gens que je fréquente traitent ma commune de poubelle, à cause du bidonville qu'est devenu le quartier de la gare.»

Depuis sept ans, à Vallorbe, requérants d'asile et villageois se côtoient avec plus ou moins de succès. L'Association auprès des requérants d'asile de Vallorbe oecuménique et humanitaire (ARAVOH), active auprès des requérants, a ouvert pour eux un lieu d'accueil extérieur au CEP, situé dans les locaux de la gare. Aujourd'hui, les avis quant à ce lieu divergent: alors qu'une partie du Conseil communal le considère comme une soupape permettant de faire baisser la pression ambiante, il est pour d'autres à la source des plaintes des usagers des CFF, qui prennent peur devant le nombre de personnes squattant le hall de la gare, justement sur le passage entre le CEP et le local d'accueil d'ARAVOH.

Contexte de tensions

La motion, intitulée «Réhabiliter la gare de Vallorbe» et déposée avant-hier par le groupe radical à la séance du Conseil communal, s'inscrit dans ce contexte de tensions. Et malgré les vives discussions qu'elle a engendrées, les arguments des initiants ont été les plus forts: «Des parents sont obligés d'accompagner leurs enfants jusque sur le quai de gare, les CFF reçoivent des plaintes à répétition, des voyageurs du TGV sont gênés, il faut faire quelque chose.» Par 31 oui contre 7 abstentions et 2 rejets, les conseillers communaux ont donc donné le mandat à la Municipalité de prendre le dossier en main.



La Fête de la solidarité contre le durcissement des lois sur l'asile dans le Jura

Lu sur RFJ

Le Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers a choisi la place de la Liberté à Delémont pour sa manifestation biennale. Le 22 décembre, deux tentes accueilleront divers concerts, avec des artistes jurassiens, brésiliens ou africains. Pour les enfants, spectacles de marionnettes et grimages sont prévus. Une conférence-débat réunira plusieurs intervenants tels que Francis Charmillot, directeur de l’Association jurassienne d’Accueil des demandeurs d’asile ou Jean-Claude Rennwald.

Le mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers veut dénoncer le durcissement de la politique en matière d’asile. Il parle même de racisme d’Etat. Selon les membres, de nombreuses erreurs sont commises avec les «non entrées en matière». Pour en témoigner, Monsieur Jean-Patrick Iya sera présent. Journaliste congolais menacé dans son pays, il aura fallu que le Comité de l’ONU contre la torture oblige la Suisse à lui accorder l’asile pour être reconnu comme tel.

Les étrangers victimes des stéréotypes

Pour faire suite à l'article d'hier sur l'instrumentalisation des étangers pendant les fédérales 2007, lire celui-ci paru dans le Matin.

mardi 18 décembre 2007

Fédérales 07: les étrangers ont été instrumentalisés, selon la CFR



Video UDC contre l étranger sur le web
[Photo : Keystone]
Les étrangers ont été largement stéréotypés durant la campagne des élections fédérales. Généralement dans le rôle de coupables, plus rarement dans celui de victimes, regrette la Commission fédérale contre le racisme (CFR).

[ats] - Une étude de l'Université de Zurich a mis en évidence le large recours à des simplifications pour parler des étrangers durant la campagne électorale. Les chercheurs se sont basés sur les articles et reportages de sept quotidiens, quatre journaux dominicaux, deux hebdomadaires et les journaux télévisés des trois régions linguistiques, mais aussi sur les annonces de fin juin à fin octobre. L'UDC est responsable des trois quarts des stéréotypes négatifs. En cause: l'amalgame entre délinquants et étrangers ou musulmans et mal intégrés.

Ces généralisations ont pour effet de créer une distance entre les étrangers et le reste de la population. Dans de rares cas, elles ont favorisé une empathie vis-à-vis des étrangers, perçus alors comme des victimes, note l'étude.

Près de huit fois sur dix, les stéréotypes négatifs ont été corrigés par les autres partis ou les médias, surtout romands, constatent les chercheurs du Département de recherche d'opinion publique et société de l'Université de Zurich

La majeure partie de la presse romande a réagi aux amalgames en affirmant que c'était l'UDC elle-même qui représentait le problème. Le PS est le deuxième groupe, notamment à travers la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, à avoir rejeté les stéréotypes.

Il faut surtout davantage débattre du fond et donner la parole "aux cibles, pour ne pas dire victimes", préconise la vice-présidente de la CFR. Les journalistes doivent mettre en avant les destins individuels, les témoignages afin que l'étranger redevienne "le sujet de l'article et non l'instrument", a conclu le président de la CFR.

Les chercheurs ont étudié les articles parus dans les journaux suivants: "Le Temps", "Le Matin", "Le Matin Dimanche", "Berner Zeitung", "Blick", "Neue Luzerner Zeitung", "Neue Zürcher Zeitung", "Tages-Anzeiger", "NZZ am Sonntag", "SonntagsBlick", "SonntagsZeitung", "Weltwoche" et "WochenZeitung" (WoZ). Ont aussi été analysés les journaux télévisés ("19:30", "Tagesschau", "10 vor 10" et "Telegiornale sera") et toutes les annonces électorales publiées dans ces médias.

Lisez l'étude

Les étrangers et les minorités ethniques dans la campagne électorale
Les étrangers et les minorités ethniques dans la campagne électorale (PDF, 168 kb)
Une analyse de la couverture médiatiques des élections fédérales de 2007
(Résumé)

Royaume-Uni Le grand défi migratoire

La Grande-Bretagne connaît une grosse vague d'immigration depuis une décennie, notamment d'Europe de l'Est. Dans la banlieue londonienne, écoles, logements et emplois sont sous pression.

Lire la suite dans Le Temps

La journée des migrants dans Le Temps

Lire l'article de Angélique Mounier

La Journée des migrants a lieu tous les 18 décembre. Elle a été proclamée en 2000 par les Nations unies pour faire reconnaître leurs contributions aux économies et au bien-être de leur pays d'accueil et d'origine ainsi que promouvoir leurs droits.

Selon le site internet http://www.radio1812.net dédié à la Journée, les migrants ont fait parvenir chez eux 260milliards de dollars en 2006, un montant qu'il faut augmenter de 50% pour tenir compte des transferts de fonds informels. Au total, ces envois d'argent représenteraient plus du double de l'aide publique au développement.

Taser: la passe d’armes se poursuit au parlement

Contrairement au Conseil des Etats, le National approuve leur utilisation.
Le bras de fer continue. Le Conseil national a réitéré hier de justesse sa volonté d’inscrire les Taser dans la liste des moyens admis pour user de la contrainte.
Le Conseil des Etats, pour sa part, s’est opposé à deux repri­ses aux «dispositifs incapaci­tants n’ayant pas d’effet létal», selon la terminologie utilisée dans la loi. Mais la majorité de la Chambre du peuple, compo­sée d’UDC, de PDC et de radi­caux, n’en a eu cure. Elle a soutenu les Taser par 93 voix contre 89. Pour les adeptes, les pistolets à électrochocs consti­tuent une alternative valable aux armes à feu. Ils ne seraient utilisés qu’en dernier recours, lors de l’expulsion d’étrangers, a assuré Kurt Fluri (PRD/SO).
Vaud y a renoncé
Une quarantaine d’Etats les autorisent, tout comme une partie des polices cantonales. Seuls les cantons de Neuchâtel, de Vaud, de Genève et du Va­lais y ont expressément re­noncé.
Les opposants jugent l’usage de ces armes «totalement dis­proportionné » pour le renvoi d’étrangers. Cette arme suscite de très vives douleurs et consti­tue une forme de torture, selon le Comité spécialisé de l’ONU.

Dépêche de l'ATS


Sur le même sujet lire l'article de Valérie de Graffenried dans Le Temps

...A peine le résultat du vote connu, Amnesty International s'est dite «scandalisée» et «consternée». Car, ces cinq dernières années, plus de 290 personnes sont décédées au Canada et aux Etats-Unis à cause des pistolets à électrochocs, rappelle-t-elle. Pour l'organisation, la décision du Conseil national - il s'était déjà prononcé en faveur des Taser le 3 octobre dernier - de recourir à ces pistolets lors de renvois d'étrangers est «scandaleuse et indigne de notre pays». Même réaction outrée de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR). «Qui assumera la responsabilité en cas de décès?» écrit-elle dans son communiqué.

Lire la position de l'OSAR et le journal

Planète Exil no 39 - Loi sur l'usage de la contrainte

kom 2007-12-18
p. 3: Loi sur l'usage de la contrainte
p. 6: Détention en vue du renvoi
p. 14: Formations interculturelles

Téléchargez le no 39 de Planète Exil

lundi 17 décembre 2007

A Fribourg, l'accueil des requérants est privatisé

Regardez la séquence de Mise au Point sur la TSR

Enseignement en structure d'accueil

L'intégration passe par la scolarisation des jeunes migrants. Dans le canton de Vaud, elle se fait dans des structures d'accueil, qui se présentent sur le site (encore en construction) de l'AVESAC.

L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:N36vnIaqkuuNoM:http://www.collaboraction.fr/wp-content/uploads/livre.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Pour découvrir la problématique complexe de l'intégration des élèves étrangers, lire l'article de Driton M. Kajtazi: "Accueillons la formation en classe d’accueil"

Un vote qui gêne l'Euro

La campagne sur les naturalisations va-t-elle ternir l'Euro 2008? Cette inquiétude s'amplifie avec la politique d'opposition annoncée par l'UDC, au lendemain de l'éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral. L'initiative agrarienne «pour des naturalisations démocratiques» sera soumise au peuple six jours avant le grand rendez-vous européen, et le délégué du gouvernement Benedikt Weibel ne trouve «pas malin de fixer la votation ce jour-là». Mais la date du 1er juin ne peut pas être reportée: le scrutin doit être organisé au plus tard dix mois après le vote du Parlement.
«Notre initiative véhicule un bon message puisqu'elle ne vise que les délinquants», estime le conseiller national Oskar Freysinger.

Lire la suite de cet article du Matin

L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:KM9lsmCT9JTYeM:http://ouvertures.info/wp-content/uploads/2007/09/urne_votations.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

dimanche 16 décembre 2007

Une bonne nouvelle pour l'image de la Suisse à l'étranger

Lire ce passionnant interview de Roger de Weck sur Swissinfo

Les changements survenus cette semaine dans la politique suisse seront salutaires pour l'image du pays et pour ses relations avec l'Union européenne, affirme Roger de Weck.

Editorialiste pour plusieurs journaux suisses, français et allemands, il estime que le Parlement a saisi l'occasion de corriger l'image d'une Suisse populiste inquiétante aux yeux des médias étrangers.

«Séisme», «tempête», «tremblement de terre». Les termes utilisés par la presse européenne pour qualifier la non-réélection mercredi du ministre démocrate du centre (UDC, droite nationaliste) Christoph Blocher à son poste trahissaient l'ampleur de la surprise à l'étranger également.

Lire une revue de presse de ces réactions

Mais pour Roger de Weck, les commentateurs se trompent lorsqu'ils prédisent la fin du système politique suisse et de son modèle de consensus.

...swissinfo: Plusieurs médias européens mais aussi américains se sont inquiétés du contexte politique et du ton de la campagne électorale. L'éviction de Christoph Blocher améliorera-t-elle l'image de la Suisse à l'étranger?

R.d.W.: La non-réélection du ministre UDC est une très bonne nouvelle pour la Suisse, et également pour son image à l'étranger car la Suisse a laissé aller les populistes très très loin. Beaucoup plus loin que dans d'autres pays.

A la faveur de ce que le Parlement vient de décider, je pense que cette image se corrigera. On réalisera que la Suisse est capable de remettre les pendules à l'heure. Cela sera perçu positivement à l'étranger.


Roger de Weck

Roger de Weck (Keystone)

...

swissinfo: En Europe, le populisme semble plutôt s'affaiblir politiquement. Cette tendance se fait-elle aussi sentir en Suisse?

R.d.W: Le populisme a certainement dépassé son zénith en Suisse aussi. Bien sûr on parlera encore longtemps et beaucoup de Blocher, mais il ne sera plus le pivot de la politique suisse. Je pense que nous aurons désormais affaire à un 'demi-Blocher' – comme les partisans de la ligne dure de l'UDC qualifiaient de façon totalement déplacée Samuel Schmid - dont le poids ira en diminuant.

Par rapport à l'Autriche et à Jörg Haider, la situation est tout à fait comparable, mais d'une manière complètement différente. Le populisme, qui était extrêmement puissant en Autriche, est aujourd'hui marginalisé. On est encore loin de cela en Suisse, mais un certain retour à la normale prévaudra dans les années à venir.

Les dossiers ou l'UDC peut faire mal

Le Matin offre sa une à Christoph Blocher afin qu'il puisse traiter la nouvelle élue du parlement de menteuse et de traîtresse et formule son sondage d'une manière originale "Regrettez vous la défaite de Christoph Blocher".

Ludovic Rocchi de son côté énumère les dossiers sur lesquels l'UDC va durcir le ton:

Moutons noirs étrangers, minarets, libre circulation avec l'Union européenne et pression médiatique: voilà les cibles privilégiées pour venger Christoph Blocher. But: faire un maximum de dégâts à défaut de tout gagner devant le peuple

Ludovic Rocchi - 15/12/2007
Le Matin Dimanche

Une fois n'est pas coutume, l'UDC part en guerre sans plan très précis. Pris de court par l'éviction du Conseil fédéral de son leader Christoph Blocher, le premier parti de Suisse crie sur tous les toits qu'il va mettre ses menaces à exécution et livrer une opposition sans merci à la politique gouvernementale. Le président Ueli Maurer parle d'une vingtaine d'idées d'initiatives et de référendum, Christoph Blocher promet de tout déballer contre les institutions et l'administration. Dans la cohue d'une contre-attaque encore balbutiante, «Le Matin Dimanche» a repéré les quatre cibles les plus évidentes que l'UDC peut viser.

Les minarets

Le père spirituel de l'initiative anti-minarets, l'UDC zurichois non réélu, Ulrich Schlüer n'est plus au Parlement, mais son projet est toujours sur les rails. Soutenu par un comité composé de démocrates du centre, de démocrates suisses et d'évangéliques, le texte vise à interdire la construction de ces «symboles religieux» en Suisse.

L'UDC n'a pas encore pris officiellement position sur le sujet. Les délégués devraient se prononcer dans le courant de l'année prochaine. L'initiative n'était pas une priorité pour le parti jusqu'ici, mais pourrait le devenir car les chances de succès devant le peuple sont loin d'être minces et une bonne partie du travail est déjà sous toit. Près de 75 000 signatures auraient déjà été récoltées, et il n'en reste plus que 25 000 à aller pêcher d'ici à la fin novembre 2008.

En bons parias du groupe UDC, la nouvelle conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf et Samuel Schmid ont tous d'eux d'ores et déjà annoncé qu'ils ne soutiendraient pas ce texte de loi.

Libre circulation

Le terrain d'attaque le plus explosif pour Christoph Blocher, c'est bien sûr les relations de la Suisse avec l'Union européenne. Evincé du Conseil fédéral, il n'a plus aucune raison de retenir un tant soit peu ses troupes dans le saccage des accords bilatéraux péniblement négociés et votés par la Suisse jusqu'ici.

Les milieux économiques vont bien sûr exercer une terrible pression pour que Blocher ne bloque pas tout. Mais comment imaginer que le tribun UDC ne sera pas tenté de se mettre en travers de la route de Micheline Calmy-Rey et de tout le reste de la classe politique en contestant l'élargissement de la libre circulation des personnes avec la Bulgarie et la Roumanie.

La polémique sur les Roms s'étend en Europe et elle n'épargne pas la Suisse. Blocher le sait et il tient prête l'arme du référendum qui pourrait être lancé en 2008 déjà. Puis viendra l'heure de revoter ou non sur l'ensemble des accords de libre circulation passés avec l'UE en 2009. Etc., etc.

Les étrangers

On n'a pas fini d'entendre parler des moutons noirs de l'affiche de l'UDC. Lancée en pleine campagne électorale, l'initiative «pour le renvoi des criminels étrangers» connaît un succès éclair. Grâce aux envois tous-ménages, 210 000 signatures auraient déjà été récoltées, soit deux fois plus que nécessaire. L'UDC va pouvoir capitaliser ce succès, en attendant que le Parlement décide si elle est recevable ou non, puisque certains contestent sa constitutionnalité. Une votation populaire pourrait avoir lieu dans deux à trois ans. Autre fonds de commerce de l'UDC qui va refaire surface: les naturalisations par le peuple. Une initiative du parti de Blocher a déjà abouti et le peuple sera amené à se prononcer le 1er juin 2008.

Sur ces thèmes, il sera intéressant de voir comment la nouvelle conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf se positionne. Elle songerait d'ores et déjà à opposer un contre-projet à l'initiative des moutons. Quant aux naturalisations, on sait qu'une majorité du Conseil fédéral est opposée à s'en remettre aux assemblées communales sans voie de recours pour les étrangers refusés.

Enfin, l'UDC va reprendre de plus belle ses campagnes contre les étrangers qui abusent de l'AI ou de l'aide sociale, sans toute la problématique de la violence des jeunes...

vendredi 14 décembre 2007

Vague de xénophobie en Italie

Les immigrés sont dans le collimateur de la nouvelle campagne de la Ligue du Nord. Interdictions et restrictions se multiplient. Un article de Dominique Dunglas, correspondant à Rome pour 24 Heures.



Agressif «Citoyens, émigrez! Vous vivrez mieux
en tant qu’immigrés dans un autre pays.»
Dans plusieurs villes du Nord, la politique de
l’immigration prend une tournure inquiétante.
Et le mouvement prend de l’ampleur.
MONTEGROTTO TERME, LE 3 DÉCEMBRE 2003

Reprise par ses vieux dé­mons xénophobes, la ligue du Nord a décidé de rendre la vie plus difficile aux immigrés installés en Ita­lie. La campagne est partie de Massimo Bitonci, maire de Cit­tadella, ville située à une ving­taine de km de Vicence.
Par un décret, le premier citoyen élu sous les couleurs de la Ligue a en effet interdit la résidence dans sa commune aux extracommunautaires ne pouvant pas justifier un re­venu d’au moins 5000 euros par an. Le seuil minimum passe à 10 000 euros puis à 15 000 euros selon que la fa­mille a un ou deux enfants. Sur sa lancée, le maire a égale­ment interdit la résidence aux immigrés dont le casier judi­ciaire n’est pas vierge ainsi que le stationnement des Gitans. Enfin, il a créé une commis­sion destinée à recevoir les dénonciations «de situations de danger social». Mis en exa­men pour cette dernière initia­tive, considérée comme un ap­pel à la délation, Massimo Bi­tonci a été absous par la magistrature, qui a classé l’af­faire.
Une brèche dans laquelle s’est engouffré Giuseppe Previ­dini, le maire léguiste de Cara­vaggio, non loin de Bergame. L’édile a interdit dans sa com­mune les mariages mixtes – un ou une Italienne avec un ou une extracommunautaire – si l’étranger n’est pas en posses­sion d’un permis de séjour.

La ligue s’inspire de Blocher
Dans ce nord-est, qui a pourtant besoin de la main-d’oeuvre étrangère, les exemples de Cittadella et Cara­vaggio ont fait tâche d’huile. Quarante-trois maires de la Ligue du nord ont d’ores et déjà adopté les mêmes ordon­nances communales «anti­marginaux » et le mouvement ne cesse de s’étendre. Le parti autonomiste fondé par Um­berto Bossi appelle à manifes­ter avec Alliance Nationale di­manche à Milan sur le thème de la sécurité et contre l’immi­gration. Il espère qu’une cen­taine de maires auront adopté d’ici là les décrets contre les immigrés. Et pour appuyer ses initiatives, c’est de l’UDC de Christoph Blocher que la Li­gue s’inspire.


L‘affiche est apparue sur les
murs des villes du nord de l’Italie.

La fameuse affi­che des trois moutons blancs chassant un mouton noir est apparue sur les murs de toutes
les villes du Nord. Mais cela est bien peu, en regard de la proposition du conseiller communal de Tré­vise, Giorgio Bettio. «Pour ap­prendre aux immigrés à bien se comporter, il faut utiliser les méthodes des nazis. Cha­que fois qu’un habitant de Trévise subira un dommage de la part d’un extracommunau­taire, je propose que 10 immi­grés soient punis.» Mais à Trévise il ne faut s’étonner de rien. C’est là que le maire Giancarlo Gentilini, lui aussi élu de la Ligue, avait proposé de «déguiser les im­migrés en lapins pour que les chasseurs puissent s’amu­ser ».


Un concierge kosovar soutenu par (presque) tous ses locataires

Bekim Ademi devrait quitter la Suisse dans quelques jours. Il se bat pour y rester, avec sa femme et ses enfants. Il a le soutien des locataires dont il est le concierge. Un article de Jérôme Ducret dans 24 Heures.


Bekim Ademi, au centre, entouré de son épouse
Gjemile et de leurs deux enfants de sept
et huit ans Shkresa (à gauche) et Shkrep.
A partir de ce samedi, ils n’ont en principe
plus l’autorisation de rester en Suisse.
LAUSANNE, LE 11 DÉCEMBRE 2007.


C’est son avocat, Me Jean Lob, qui lui a conseillé de contacter 24 heures . Bekim Ademi a débarqué en Suisse en 1993. A l’époque, il était venu travailler au noir, durant deux ans, pour une entreprise de la région lausannoise. Quatorze ans plus tard, ce Lausannois d’adoption, sa femme Gjemile et leurs deux enfants Shkresa et Shkrep ont reçu de Berne un avis d’expulsion du territoire suisse, exécutoire ce samedi.

Enfants nés en Suisse
L’homme est originaire du Kosovo. Il avait 24 ans lorsqu’il a posé son premier pied dans la capitale vaudoise. «Je ne veux pas retourner au Kosovo, je n’y ai plus d’attaches, commente Bekim. Nos deux enfants, ils ne savent presque pas ce que veut dire le mot Kosovo. Ils sont nés en Suisse, on leur parle en français, ma femme et moi, c’est leur langue maternelle.»

En 1995, Bekim est devenu un «travailleur au gris», comme il le dit lui-même. Il a obtenu durant quelques années un permis de séjour provisoire. Lorsque la guerre a pris fin dans son pays natal, il a dû y retourner. Il s’est alors retrouvé dans une situation qu’il qualifie de «délicate». Il est revenu en Suisse, avec une nouvelle demande de permis de séjour. Au bout d’une longue procédure, Berne a dit non. Au vu de la situation familiale de ce père de deux enfants scolarisés à Lausanne, le Service cantonal de la population a tenté d’obtenir une exception auprès de l’Office fédéral des migrations. Le fait que Bekim Ademi n’ait pas de casier judiciaire, et qu’il n’ait jamais demandé l’aide sociale, semblaient plutôt favorables. Là encore, après bien des méandres juridiques, la réponse a été négative. Elle a été confirmée récemment par le Tribunal fédéral administratif.

Pour mettre toutes les chances de son côté, Bekim, concierge de trois immeubles au chemin de Florency depuis une année et demie, a obtenu le soutien de son ancien patron – l’entreprise Coppola et Seggio. Il a également fait le tour de «ses» locataires en leur demandant s’ils étaient d’accord de signer une lettre de soutien.

«Les bons, ils s’arrangent pour les mettre à la porte»
«Trente-cinq ont signé, explique le Kosovar. Il y a une personne qui n’a pas voulu. Elle m’a dit qu’elle n’aimait pas les étrangers, qu’elle votait pour Blocher…» «C’est vrai, je lui ai dit que je n’étais pas d’accord, explique la personne en question. Je ne comprends d’abord pas pourquoi la gérance engage quelqu’un qui n’a pas de papiers, et puis il y a beaucoup de gens à Lausanne qui cherchent un appartement et qui n’ont pas sa chance!» «Nous, on a signé, rétorque une locataire. Les bons, ils s’arrangent pour les mettre à la porte de la Suisse, et les mauvais, ils peuvent rester, ça n’est pas logique. Ca va peut-être changer, maintenant que Blocher n’est plus au Conseil fédéral…»

jeudi 13 décembre 2007

La Suisse fait à nouveau l'actu dans le monde


Lire la revue de presse de Laurent Buschini dans 24heures
La presse européenne hésite sur les qualificatifs. Mais entre «Choc», «séisme», «tempête» ou «révolte» dans une politique suisse habituellement calme, la non-réélection de Christoph Blocher intéresse. La plupart des commentateurs y voient la fin de la concordance.

"Le parti de Blocher part dans l'opposition". C'est à la une de tous les sites suisses. Mais pas seulement.

La Sueddeutsche Zeitung met aussi la nouvelle en une. Tremblement de terre en Suisse, poursuit le site allemand, qui annonce l'éviction du contesté ministre de la Justice. Le site rend compte de la prestation de serment de la nouvelle conseillère fédérale, Eveline Widmer-Schlumpf, une "politicienne de province inconnue". Il relate la décision annoncée par le chef du groupe UDC, Caspar Baader, de ne pas soutenir les deux élus UDC du gouvernement et d'entrer en opposition. Le site met aussi en lien des explications du système politique suisse. Même intérêt pour la politique suisse en Autriche. Die Presse fait sa une de l'éviction de Blocher. Pour le site, la Suisse a depuis aujourd'hui un gouvernement de centre gauche. La formule magique en vigueur depuis 1959 est devenue caduque, avance le journal.

En France, seul Le Figaro met la nouvelle en une de son site. "Pourquoi cette éviction?, se demande le quotidien. Christoph Blocher a durci la législation sur le droit d’asile et l’immigration. Son parti a été accusé de racisme par l’ONU durant la campagne électorale. La gauche et les centristes se sont donc mis d’accord en secret, une alliance inattendue, pour apporter leurs voix à un autre membre de l’UDC, Eveline Widmer-Schlumpf, considérée comme une modérée" relate le journal. Libération parle aussi en une de l'éviction de Christoph Blocher. "Puni, Blocher pourrait se venger en obligeant les deux conseillers fédéraux UDC élus à se retirer ou en les excluant de sa formation, s’ils refusent" estime le site.

Pour le Monde, "en menant une campagne ouvertement xénophobe et anti-européenne, le ministre de la justice et de la police s'est aliéné une partie de la droite modérée".
Editorial du "Monde"

"L'homme de droite Blocher perd son poste dans le gouvernement suisse", titre El Pais, dont l'information figure en une du site. "Une journée qui s'annonçait routinière s'est convertie en une véritable tempête dans un paysage politique suisse d'ordinaire serein" poursuit le site espagnol, pour qui l'éviction du «polémique et controversé» leader de la droite est une «crise sans précédent». Le site rappelle que le caudillo suisse s'est rendu célèbre par sa campagne de refoulement des étrangers et l'affiche du mouton noir désormais célèbre.

En peligro la fórmula mágica suiza

RODRIGO CARRIZO COUTO

El derechista Blocher podría irse a la oposición y paralizar el Estado al ser desplazado del Gobierno



Si le «Corriere della Sera», plus grand tirage en Italie, évoque un «tremblement de terre politique à Berne» dans un article en pleine page, le site du journal ne consacre rien à l'événement. Pas plus que la Stampa ou la Repubblica.

La nouvelle a aussi passé la Manche. "Le leader de l'extrême droite suisse est éjecté du gouvernement" titre le Guardian. Le site parle d'un "coup qui plonge la politique suisse dans un territoire incertain". Le site, comme la plupart des sites européens, tente de faire comprendre le système gouvernemental suisse. Non sans quelques approximations, comme celle de présenter le président de la Confédération comme une sorte de premier ministre. Reste que pour le Guardian, les règles très prévisibles de la politique suisse vont changer.

Switzerland's far-right leader is kicked out of cabinet

Ian Traynor, Europe editor
Thursday December 13, 2007
The Guardian



Special report Europe's far right
Christoph Blocher, Switzerland's hardline populist leader, was kicked out of the Swiss government yesterday in a coup that plunged Swiss politics into uncertain territory.

Despite leading his anti-immigrant Swiss People's Party (SVP) to a second general election victory seven weeks ago, Blocher, a billionaire businessman and justice minister in the outgoing government, was caught napping by a deft piece of overnight political manoeuvring by Social Democrats and Christian Democrats who blocked his path to cabinet by persuading a party colleague to stand against him...

Thursday, December 13, 2007 Last Update: 10:02 AM ET

L'éviction de Christoph Blocher a même traversé l'Atlantique. Le site du New York Times relate la chute de l'homme fort de l'UDC. Le site rappelle que l'UDC avait remporté le plus large score d'un parti aux dernières élections fédérales en s'appuyant sur des thèses populistes que les Nations Unies avaient qualifiées de racistes. Pour le site new-yorkais, l'éviction de Christoph Blocher pourrait mettre à mal la formule du gouvernement par consensus qui régit la Suisse depuis un demi-siècle. Il cite la parlementaire bâloise des Verts Miriam Behrens, pour qui l'UDC n'a jamais cessé d'être dans l'opposition même s'ils sont dans le gouvernement de consensus.



"Séance chaotique"
Dans un long article de haut de page, le "Corriere della Sera", plus grand tirage en Italie, évoque un "tremblement de terre politique à Berne". Le quotidien milanais note que le "milliardaire, l´anticonformiste, le polémiste" Christophe Blocher a été remplacé par une "inconnue".



Fin de la formule magique

"Le modèle de consensus suisse menace de se briser", titre en Allemagne "Die Welt". "Désormais, le système politique en Suisse vacille", renchérit la "Frankfurter Rundschau".
Ratlose SVP

Nach der Wahlniederlage des Rechtspopulisten Christoph Blocher hat sich seine Schweizerische Volkspartei (SVP) aus der Regierungskoalition zurückgezogen. Die gegen den Willen ihrer Partei gewählte SVP-Politikerin Eveline Widmer-Schlumpf nahm das Votum an. Mehr



Mouton noir
Le quotidien britannique "International Herald Tribune" estime lui aussi que "le vote a placé un point d´interrogation sur l´avenir du système suisse".

GENEVA: Less than two months after Christoph Blocher led the far-right Swiss People's Party to a comfortable election victory, parliamentarians ejected the controversial justice minister from the cabinet Wednesday.

The vote placed a question mark over the future of Switzerland's system of consensus government. In an election by Parliament of the seven-member Federal Council, which functions as Switzerland's cabinet, lawmakers voted for another SVP member, Eveline Widmer-Schlumpf, perceived as more moderate, over Blocher.


Nombre de commentateurs opposent les événements du 12 décembre ("journée de l´humiliation" pour Christoph Blocher, selon "Die Welt") au score réalisé par l´UDC le 21 octobre ("journée du triomphe", selon les termes du journal allemand"). Ils rappellent aussi la campagne "agressive" du parti agrarien marquée par la polémique autour du mouton noir.
Les "perdants alliés" (lors des élections fédérales) ont organisé une "action de représaille qui, sous cette forme, est unique pour la république alpine plutôt peu agitée" qu´est la Suisse, constate "Die Welt". Le journal allemand décrit la séance des Chambres fédérales de mercredi comme "turbulente à l´échelle suisse, voire presque chaotique".
Rechtspopulist Blocher jetzt in der Opposition
Der Milliardär und rechtskonservative Schweizer Justizminister Christoph Blocher ist endgültig aus der Regierung abgewählt worden. Seine Parteikollegin Eveline Widmer-Schlumpf nahm ihre Wahl zur Bundesrätin an – und wurde von ihrer Fraktion ausgeschlossen. Blochers Partei kündigte einen harten Oppositionskurs an. mehr...


Martyr
Et la presse européenne de prévenir des risques d´une UDC dans l´opposition. "Rien n´indique que la capacité de nuisance de l´UDC blochérienne, volontiers xénophobe, sera amoindrie par ce putsch parlementaire", selon "Libération".

"Le gouvernement à Berne aura moins de marge de manoeuvre" s´il doit tenir compte de la résistance d´une opposition parlementaire, prévoit la "Süddeutsche Zeitung".

"Un Blocher déchaîné comme martyr sur les bancs de l´opposition peut être encore plus dangereux que dans le gouvernement
", avertit le quotidien autrichien "Kurier".

Le "Soir" belge mise aussi sur le fait qu´en démocratie directe, Christoph Blocher "aura toutes les possibilités de déployer ses talents de populiste".

Le dessin du jour


Bürki: "Déculottée de Christoph Blocher, battu par une Grisonne"

mercredi 12 décembre 2007

Jenisch, Sinti et Roms

Lire l'article de Florence Gaillard dans Le Temps
Le Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) publie un ensemble d'études sur le sort des «gens du voyage» en Suisse au XXe siècle, en particulier les centaines d'enfants jenisch, sinti et roms enlevés de force à leur famille, sous couvert d'intégration et d'assimilation, par Pro Juventute entre 1926 et 1973.

Le dessin du jour

Bürki: " Les chambres élisent le Conseil Fédéral"

mardi 11 décembre 2007

Le Taser: une chaise électrique portative ?


Le quotidien des requérants filmé au centre d’enregistrement

Le cinéaste Fernand Melgar et son équipe tournent au centre d’accueil des requérants d’asile. «Nous ne sommes pas venus ici en voyeurs, nous allons saisir la réalité telle qu’elle se présente» dit-il. Moteur! Un article de Pierre Blanchard dans 24 Heures.

L’équipe de Fernand Melgar (g.) a fixé la réalité
du quotidien sans artifice. Elle a pris ces quartiers
dans l’ancienne cimenterie au lieu-dit Les Fours
à Chaux. L’histoire dit que le ciment de Vallorbe
a servi à la construction du Palais fédéral.
Cette anecdote a donné l’envie au cinéaste
de voir son film cimenter la population
autour de la question de l’asile.
VALLORBE, LE 5 DÉCEMBRE 2007
JOANA ABRIEL

Filmer sans angélisme et sans stigmatisation la réalité au quotidien des demandeurs d’asile et saisir les motivations au travail du per­sonnel chargé de leur accueil, tels sont les objectifs du ci­néaste Fernand Melgar.
Avec son équipe composée d’un cameraman, Camille Cot­tagnoud, d’un preneur de son, Marc von Stürler, et d’une assis­tante, Alice Sala, ethnologue de formation, il s’est plongé dans l’ambiance de Centre d’enregis­trement et de procédure (CEP), depuis le lundi 3 décembre à 4 heures du matin.
«Nous ne sommes pas venus ici en voyeurs, nous allons saisir la réalité telle qu’elle se pré­sente, sans commentaires, sans interview, ni musique. Pendant 60 jours, durée moyenne ac­tuelle d’un séjour au CEP pour un demandeur d’asile, nous al­lons capter des moments de vie avec le consentement des per­sonnes concernées. Aucun vi­sage ne sera «flouté». Derrière chaque trajectoire de deman­deur d’asile se cache une tragé­die humaine, les «tricheurs» sont une petite minorité. Mais si pendant notre séjour nous en
croisons nous le montrerons sans complaisance. Nous ne vo­lerons aucune image à la déro­bée », commente Fernand Mel­gar.
Ancien clandestin

Ce cinéaste vaudois est fils d’immigré espagnol et, dans
son enfance, a vécu une période de clandestinité dans notre pays. «Mes parents ont été trau­matisés par les initiatives Schwarzenbach dans les années 1970. Aujourd’hui, une bonne frange de la population tend à diaboliser les requérants d’asile. Sans militantisme, ni popu­lisme, j’ai simplement envie de montrer avec objectivité le vécu de ces personnes qui viennent en Suisse pour sauver leur vie ou dans l’espoir d’une existence plus digne. Ma caméra s’arrê­tera également sur l’humanité dont font preuve les gens qui accueillent les requérants, tout en appliquant une loi et des règlements très restrictifs.» «Pour définir le CEP, j’ai repris la métaphore de l’aumônier, le pasteur Pierre-Olivier Heller: «Cette maison est semblable à une forteresse. Il est très diffi­cile d’y pénétrer. Par contre, depuis l’intérieur tout est fait pour en faciliter la sortie. Le titre de mon film sera La forte­resse».

Une autorisation exceptionnelle
Les autorisations accordées aux médias pour saisir la réalité du centre ne sont pas faciles à obtenir. L’aval pour un tour­nage de deux mois accordé à l’équipe de Fernand Melgar par l’Office fédéral des migrations est exceptionnel, c’est une pre­mière.
Le film est produit par l’asso­ciation Climage qui réunit des réalisateurs indépendants et dont Fernand Melgar est un des membres. Le budget est mo­deste pour un documentaire. La réalisation bénéficie du sou­tien de l’Office fédéral de la culture de la SSR, qui diffusera le film sur ses trois chaînes de télévision l’an prochain. Un ac­cord est sur le point d’être signé avec la chaîne euro­péenne
Arte.
Six mois de démarches

L’idée du film a été suggérée à Fernand Melgar par Stéphane Goël, un ami membre de Cli­mage. Il a visité la bâtisse en compagnie d’Hélène Küng, alors aumônier au CEP. «Il m’a fallu six mois de démarches pour convaincre tous les parte­naires. Plus du 50% du person­nel du centre a accepté de jouer le jeu. Cela est très réjouissant. Nous aurions aimé loger dans le bâtiment, mais cela n’a pas été possible. Nous avons alors trouvé un appartement dans l’ancienne cimenterie située au lieu-dit les Fours à Chaux», précise Fernand Melgar.

Touché par la prière d’Africains pour la Suisse et ses autorités

Suite de l'article consacré par 24 Heures au tournage de Fernand Melgar au CEP de Vallorbe.
Fernand Melgar dit avoir été surpris de voir une trentaine d’Africains commencer leur «messe» du soir en priant pour la Suisse et ses autorités. «Ils ont même invoqué la bénédic­tion divine sur notre équipe.
Cela nous a touchés.» Deux des leaders du groupe ont accepté de témoigner pour autant que leur identité ne soit pas divulguée.
Ami est un ex-chef tradition­nel vaudou qui vivait dans un pays d’Afrique occidentale. Il est francophone. Il risque sa vie dans son village, car après avoir pris conscience que certaines coutumes ancestrales étaient inhumaines, il a refusé de les pratiquer. «Une petite fille est morte après que je l’ai excisée.Je n’en dormais plus la nuit.J’ai fui et j’ai trouvé refuge chez un pasteur à 8km de chez moi. A la lecture de la Bible, j’ai découvert un Dieu miséricor­dieux plus grand que Dou­douwa, que j’adorais. Les mots me manquent pour décrire la grandeur de son amour», té­moigne Ami. Il a été retrouvé et tabassé par les autorités de son village.
Il a pu venir en Suisse grâce à l’appui d’une femme d’affaires qui l’implorait de ne pas exciser ses deux petites filles. «Je lui ai dit: si je ne suis plus là, il n’y aura pas d’excision. Aidez- moi à fuir.» La femme a organisé son voyage. Aujourd’hui, Ami souhaite se battre contre les pratiques inhumaines héritées de la tradition. Il craint de ne plus jamais revoir son pays.
«Ici on me surnomme pas­teur car je participe activement à l’animation de la prière du soir avec H.», explique Ami. H est un ressortissant d’un pays anglophone, situé au Sud de l’Algérie. Il est né musulman.
Mais il a été élevé par la femme de son oncle, une chrétienne qui habitait un pays voisin. Son père appartenait à un groupe de rébellion et cachait des armes dans sa maison. A la mort de son papa, au début de cette année, H. a voulu remet­tre les armes aux compagnons de son père. Malheureusement, il a été arrêté pour trafic illégal. Il s’est échappé. Dans un pre­mier temps, il a trouvé refuge en Algérie. Un téléphone l’a averti que même dans ce pays, il était en danger. Des amis l’ont aidé à venir en Suisse. Il se destinait à une carrière de footballeur professionnel, mais le destin en a décidé autre­ment. Il dit sa reconnaissance à Dieu pour l’avoir protéger de la mort. Parler de son vécu fait remonter en lui des émotions douloureuses. «Ici, dans la prière, entre Africains nous retrouvons l’espoir. Quand l’un d’entre nous a le moral au plus bas, il y a toujours une per­sonne dans le groupe pour le réconforter.»

Méfiant au premier abord…

Suite de l'article consacré par 24 Heures au tournage de Fernand Melgar au CEP de Vallorbe.
«Ma première réaction a été: voilà encore quelque chose qui nous tombe dessus. Mais, dès le premier contact avec Fernand Melgar, un climat de confiance s’est installé. Maintenant, je pense que l’approche de la réalité de notre quotidien de façon globale est une bonne chose. Ma méfiance a cédé la place à une légère anxiété, car je ne sais pas ce que la démar­che va donner à l’écran. Je me réjouis de voir le produit finis.», commente Philippe Hengy, directeur du CEP.

Ce dernier souligne encore qu’il a beaucoup apprécié le professionnalisme du cinéaste, lors de la préparation du sujet avec les employés du centre.
«Ce documentaire permettra de démystifier le site dans la population, car beaucoup d’inexactitudes, pour ne pas dire autre chose, circulent à son sujet. De plus, ce qui se vit ici peut également se rapporter aux autres centres de Suisse», argumente encore le directeur.
Le pasteur Pierre-Olivier Heller compare volontiers Fernand Melgar au photographe Marcel Imsand qui passe beau­coup de temps avec les gens avant de les fixer sur la pelli­cule. «Filmer le quotidien du centre avec ses ombres et ses lumières est une bonne initia­tive. Je suis heureux de partager le local de l’aumônerie avec l’équipe de tournage».